Les déchets polluent le lac Kivu

Article : Les déchets polluent le lac Kivu
21 mai 2020

Les déchets polluent le lac Kivu

Nettoyage des déchets au port de Goma. Young Water Professionals DRC/ Lebon kasamira

Le lac Kivu est la source principale d’approvisionnement en eau potable pour les villes de Goma, Bukavu, et une partie du Rwanda. En même temps, il fait office de citerne des emballages en plastiques, des déchets ménagers, des résidus et ordures ménagères qui y affluent. A ce rythme, il ne faudra pas des décennies pour qu’apparaisse une catastrophe environnementale.

Avec une superficie d’au moins 2700 kilomètres carrés et 475m de profondeur, le lac Kivu contient du gaz méthane et des fretins, les « Sambaza ».

Les caniveaux creusés dans différents coins de la ville évacuent constamment des ordures et déchets qui, par malheur, se déversent dans le lac Kivu. Les passagers et commerçants, surtout, qui traversent fréquemment cet étang pour se rendre à Bukavu, Idjwi, Kalehe ou Goma, ne se retiennent presque pas d’y jeter des bouteilles. Et même d’ailleurs toutes formes de déchets.

Poubelle publique !

Les riverains eux aussi exagèrent. Ils s’en servent comme d’une poubelle publique, déchargeoir des toilettes, sans considération de leur nature. C’est à midi que j’aperçois ces ordures flotter sur la surface des eaux. Sûrement, dans les profondeurs, les matières lourdes gisent calmement, attendant leur réveil. On ignore quand.

Malgré le traitement de l’eau par la Regideso, rien ne rassure quant à l’élimination complète de tout danger lié à ces pratiques. « Le traitement de l’eau par la Regideso est physio-biologique et non analytique qualitative suite à la quantité importante des excrétas que représentent tous ces déchets dans les eaux du lac. La santé des consommateurs de cette eau est en danger », renseigne Environews RDC, un média congolais établi à Kinshasa.

Stop au plastique importé

Notre cher et beau lac Kivu est pollué gargantuesquement par des ordures et des déchets plastiques. Et il y a forte probabilité d’affecter aussi l’écosystème congolais.

Pourquoi ne pouvons-nous pas nous décider d’en finir avec la production et l’importation des emballages plastiques ? Ou simplement, nous pourrions exiger uniquement des emballages biodégradables. Ce serait une manière de lutter contre la pollution de l’environnement et le réchauffement climatique, tout en favorisant la consommation des produits.

Partagez

Commentaires

chiza belana charles
Répondre

très bel et pertinent article .il revient au gouvernement et à la population de conjuguer les efforts pour que ce tresor(lac soit protégé). En revanche ,il difficile à notre pays de stopper l'import des plastics car beaucoup de ménages en devenu moyen les utilisent mais aussi notre pays ne produit pas ce qui peut substituer les plastics .plastiques et d'autres résidus ménager. très mauvais mais très important pour le réserve pétrolier après des milieux d'année. Dautre s résidus bio dégradable se décomposent et constituent la base alimentaire des poissons que nous consommons localement. Peut être au service d'urbanisme de penser à d'autres alternatives : Créer un espace où les eaux résiduelles peuvent aller ,acheminer l'eau de rutchuru ou DZ kiroche vers goma ,et creuser des puits.Merci

Lebon Kasamira
Répondre

Merci aussi pour ta contribution cher Chiza Belana

Chataigne Djuma
Répondre

Bel article.
L’assainissement du lac Kivu doit être appuyé par tous vu que tout le monde y est pour quelque chose. C’est pourquoi il est important que gouvernement, population , service d’assainissement, compagnies maritimes travaillent tous ensemble pour voir comment reduire la pollution du lac .

Lebon Kasamira
Répondre

L’assainissement du lac Kivu devrait intéresser tout le monde. Chacun dans son domaine.
Merci pour ta contribution chère collègue Young Water Professional DRC, Chataigne Djuma

Éric Murhula
Répondre

Toutes mes félicitations vous sont adressées Lebon. Cet article est très très intéressant, il raconte le problème qui gangrène le Kivu et ce serait un truc à s'approprier. Cependant pour arriver à y remédier, le concours de toutes les couches de la population s'avère indispensable, au-delà de l'éducation sur la protection de ce beau lac en particulier et de l'environnement en général, il faut aussi être des ambassadeurs prêts à dénoncer et à protéger ce dernier qui est même l'espoir des générations futures. Certes, on rencontre d'autres causes majeures de cette pollution comme la construction des diverses infrastructures le long du lac, les activités minières (lavage de minerais), activité agricole le long du lac (sur le versant), le déboisement, etc... Et comme conséquences (réduction ou rareté des produits halieutiques), la baisse de la production de l'électricité (suite à l'obstruction du barrage par les déchets), difficulté de navigation, carence en eau, etc... C'est pourquoi il faut à tout prix protéger notre lac qui est tout un espoir pour la population kivutienne. Au-delà de cet article, il faut songer à mener des plaidoiries auprès des autorités compétentes (faire respecter et exécuter les textes régissant l'exploitation de lac et les adapter aux réalités du moment) et sensibiliser la population sur le danger que représentent les déchets non seulement sur le lac et même dans leur milieux respectifs (sur l'environnement en général).

Lebon Kasamira
Répondre

Merci de ta contribution cher Eric Murhula
l'assainissement du lac kivu nous concerne tous.